T-600


Lifesize Bust – Collectibles

Le dernier volet de Terminator m’avait beaucoup plu. Bien entendu, les changements par rapport à la première trilogie sont légions, mais le cœur de l’histoire reste à mon sens similaire. Et lorsque cette histoire est servie par de formidables acteurs, c’est un pari presque gagné.

Je n’ai jamais vraiment apprécié les « bustes » des endosquelettes sortis à ce jour. La raison est simple : j’ai plus l’impression de voir un trophée posé sur un meuble qu’un véritable buste. Cela vient sans doute du fait que les épaules ne sont pas présentes sur la pièce en question. Et c’est vraiment dommage.

Et lorsque j’ai vu les premiers clichés du buste du T-600, j’ai compris qu’il finirait sur mes étagères, le principal atout étant la présence des épaules. Mais ce point fort n’était pas suffisant pour motiver un achat. Et la suite de cette review va tenter d’en apporter la preuve.

Ce qui marque à l’ouverture de la boîte est la carrure du robot. J’aime les grosses pièces. Elles prennent de la place mais en imposent au premier coup d’œil lorsqu’elles sont exposées au milieu d’autres statues dans une collection. Et je peux vous affirmer que ce buste rempli les 4/5 d’une étagère Besta, pour ceux qui comme moi les utilisent.

Le socle est vraiment bien intégré au reste de la pièce. C’est un critère de satisfaction très important pour moi. Il rempli son office de « présentoir » tout en restant dans les tons mécaniques et métalliques du personnage. La plaquette présentant le nom du film et de robot est finement ouvragée, simple et lisible.

La sculpture rend vraiment hommage au merveilleux travail des artistes qui ont œuvré sur le film. Rappelons également que a collaboré étroitement avec Legacy Effects pour accoucher du monstre, une raison de plus pour affirmer le caractère « accurate » de l’objet. On a vraiment l’impression d’avoir une partie d’un endosquelette dans sa collection !

Tous les rivets sont présents, les câbles, les vis de toutes sortes… La mécanique dans toute sa splendeur, mais pas une mécanique léchée comme les endos des T-800. Car à ce stade, nous ne sommes qu’aux premiers pas d’un Skynet en quête de perfection. Là réside la meilleure idée du film : aller à contre-sens des images lisses et brillantes que l’on connaît de T1 et T2 (et T3) pour servir toute la logique de l’histoire. Le choix des artistes s’est donc porté sur un mécanisme grossier, forgé rapidement pour satisfaire les besoins de Skynet. Sur le torse, on croit apercevoir des coups d’ustensile, comme si le fer avait été martelé par un forgeron.

Dans cette logique, le paint job assure le reste. Car c’est bien de métal rouillé et non traité dont il s’agit. Ici, pas de métal chromé, lisse et polishé. On a vraiment affaire avec un robot fabriqué il y a pas mal de temps. Son crâne est recouvert de rouille, mais ça ne semble aucunement atténuer les promesses de mort qui se lisent dans ses yeux ! Il est en piteux état, certes, mais quelques rouages qui grincent ne l’empêcheront pas de vous faire la peau… Voilà ce qui se dégage de ce buste de folie pure !

Enfin, pour couronner le tout, le light up est facile d’accès, et le résultat dépasse les espoirs les plus fous. Le rougeoiement des yeux donnent le petit plus à l’ensemble lorsqu’on l’expose. Autre détail important, le buste est livré avec une prise US qui permet de brancher le buste au réseau. Exit les piles dans ce cas !

Je manque peut-être de sens critique (c’est d’ailleurs ce que l’on me reproche le plus souvent) mais force est d’admettre que nous tenons là une pièce ultime pour tous les fans de la franchise. Et c’est le genre de truc qui coupe le souffle de n’importe quel visiteur, amateur ou non de Terminator…

Questions ou commentaires? Ca se passe sur nos forums!