Gamorrean Guard


Lifesize bust – Collectibles

A mon sens, l’une des forces de Star Wars, c’est justement de proposer un univers riche du point de vue « culturel ». J’entends par là la profusion des monstres et races rencontrés dans les 6 films, que ce soient des personnages principaux ou non. Cette richesse donne également une sorte de « réalisme » à un univers volontairement vaste.

Voilà pourquoi, à l’instar de la scène de la cantina, la scène chez Jabba est si importante. Elle représente un choix artistique qui prend sa source dans le premier film de la série, chronologiquement parlant. C’est un parti pris, que Lucas assume pleinement. Un peu trop diront certains, puisque de cette myriade de personnage a découlé un merchandising sans précédent.

Qu’à cela ne tienne, j’aime Star Wars en l’état et la richesse dont je parle répond à mon engouement pour les créatures de toutes sortes !

Un monstre, aussi furtif fût-il dans l’un des films, pouvait nous faire rêver, mon frère et moi. Qu’il n’apparaisse qu’une seconde à l’écran n’avait pas d’importance. C’était le design qui nous marquait. Il y eut le Dianoga, Hammerhead, Squid Head et bien entendu le Gamorrean Guard !

Lorsqu’on ouvre le carton, on s’étonne très vite de la taille du buste. Massif, profond, impossible de le caser dans une Besta de chez Ikea… Mais passé ce moment d’étonnement, on est émerveillé par la qualité générale de la pièce.

Le sculpt est monstrueux. C’est simple, on se croirait face au vrai séide de Jabba ! Le « heaume » contient plusieurs détails, des décorations qui ressortent à merveille. Chapeau bas à l’impression donnée par la sculpture de la pièce de tissu, qui se trouve juste derrière le crâne du monstre. On s’attendrait presque à le voir bouger sous l’effet de notre respiration ! Mais c’est bel et bien de la résine, et non du tissu, que rencontre notre doigt lorsqu’on le tend pour toucher le buste.

Mais une statue aussi bien sculptée soit-elle mérite un bon paint job pour apparaître dans toute sa splendeur. Et dans le cas de Mr Porc, c’est le cas, croyez-moi ! La teinte verdâtre de la peau est obtenue par plusieurs coloris sensiblement différents. Les pupilles des yeux, d’une importance capitale, ressortent très bien, et grâce à un verni brillant on les croirait presque organiques ! Ce même verni est d’ailleurs appliqué autour des yeux, comme si des sécrétions lacrymales venaient souiller la peau à cet endroit. Et que dire de la gueule de la créature ! Ici aussi, du verni simule l’humidité, mais des morceaux de résine transparente s’agglutinent ci et là comme autant de morceaux de morve. Sur ce plan, il est intéressant de noter que chaque modèle est différent, puisque ces dépôts varient sensiblement. Une bonne chose, qui rend un peu l’objet « unique ».

Pas besoin d’épiloguer. Ce buste s’adresse soit aux fans purs et durs de la saga, soit aux amoureux des montres craspecs. Et si vous faites parties, comme moi, des deux groupes précités, c’est une pièce de rêve !

-Sarlacc

Commentaires ou questions? Ca se passe sur nos forums!