Neytiri

Polystone Statue – Collectibles

Avatar a débarqué sur nos écrans fin 2009 avec la puissance d’un ouragan dévastateur, entraînant dans son sillon des cohortes de fans et de détracteurs. Car le film de Cameron fait partie de ces œuvres indélébiles qui ne laissent personne dans l’indifférence. En gardant la plus stricte objectivité, on peut admettre qu’Avatar constitue l’un des challenges techniques les plus importants de ces dernières années. Véritable emblème fédérateur pour le cinéma 3D, il est difficile de remettre en doute la qualité de cette dernière, tant l’immersion du spectateur est intense.

C’est ainsi que des millions de personnes se sont retrouvées plongées au milieu des forêts luxuriantes de Pandora. Et au sein de toutes ces magnificences, de cette richesse animale et végétale, le voyageur médusé rencontre Neytiri, amazone aussi farouche qu’intrépide, aussi douce que sauvage.

Le pari n’était pas gagné d’avance : comment rendre un extra-terrestre crédible et sexy à la fois ? C’était sans compter la perspicacité du réalisateur, un démiurge génial qui a tout à fait compris quels étaient ses objectifs principaux.

Ainsi, on tombe instantanément sous le charme de Neytiri, avec autant de facilité que pour une femme aux formes parfaites – ce qui a de quoi soulever quelques interrogations éthiques chez les geeks que nous sommes… Hem…

Cette créature est belle, dans tous les sens du terme. Dans ces conditions, comment accoucher d’une statue qui lui rende hommage sans la couvrir de honte ? Là encore, le pari était de taille pour Collectibles.

La pose de la statue est fléchie, ce qui renvoie à toute la félinité du personnage. Neytiri se fond dans le paysage, à la manière d’un chat. Est-elle en chasse ? Est-elle chassée ? Nul n’est en mesure de le dire. Elle tient son arc d’une main et s’équilibre de l’autre. On notera ici que la version exclusive présente dans cette seconde main un poignard dégainé.

Il fallait également un sculpt à la hauteur du fabuleux design des magiciens de Legacy Effects. Rien à redire, les courbes ondulent comme celles d’une panthère, chacun des apparats est finement ciselé dans la résine. Le visage présente des traits précis, simulant une moue attentive, sur le qui-vive. Et le socle, malgré un paint job appliqué un peu trop grossièrement à mon goût, est très à propos : nous sommes bel et bien dans la forêt, peut-être en sous-bois, peut-être dans les cime des arbres… On retiendra également les détails de l’arc (les décorations), ainsi que les lanières de cuir qui passent et repassent sur le corps de Neytiri.

Ce que je craignais par-dessus tout n’était autre que le paint job du personnage en lui-même. Je l’ai expliqué plus haut, mais les Na-vis ont de ça de particulier qu’ils ont un physique d’une rare finesse et les détails qu’arborent leur peau sont légions : striures, points bioluminescents, nuances subtiles dans les teintes (surtout au niveau du visage)… Fort heureusement, le résultat est à la hauteur et mes craintes se sont estompées à la seconde où les deux parties de polystyrène se sont séparées lors du déballage ! Autre point critique : les yeux. Mais là encore, mission accomplie. Il semble que l’iris soit le fait d’une sorte de décalque. Qu’à cela ne tienne, c’est très bien fichu ! On notera quand même quelques problèmes de strabisme divergeant sur certains modèles, comme le miens. Cela ne gène pas lors d’une observation de la statue dans son ensemble, mais si on se focalise dessus, cela peut déstabiliser. Pour finir, le collier du plumes : il y a plusieurs couleurs qui se marient parfaitement et qui sont, je crois, tout à fait « accurate ».

Je terminerai par une note négative, soulevée sur bon nombre de forums. La zone d’implantation capillaire au niveau du front constitue sans doute aucun le plus gros désavantage de la statue : on dirait que les cheveux sont « posés » sur la boîte crânienne, poussant certaines mauvaises langues à comparer la belle à un Playmobil. Même si ce n’est pas parfait, ce détail ne m’a pas vraiment dérangé…

Finalement, dans son ensemble, nous tenons là une pièce de choix, qui pourrait se suffire à elle-même dans une collection éclectique. La prestance est de mise et rares sont mes critiques. Enfin, et ce n’est pas forcément un point négatif, sa taille réduite permet de la placer un peu n’importe où et fait qu’elle est associable à bon de nos proders, sans paraître ridicule ou, au contraire, démesurée.

Avatar a trouvé sa pièce maîtresse, en attendant la grosse baffe de Legacy Effect qui promet une statue gigantesque de la belle. On ne manquera pas de vous en reparler.

-Sarlacc

Questions ou commentaires? Ca se passe sur nos forums!