Watcher in the Water


Statue : / Collectibles

La scène du film est mythique. La créature magnifique. Il n’en fallait pas moins pour que je succombe à la statue de !

Editée à seulement 750 exemplaires, le Watcher in the Water  (Le Guetteur en français), étonnamment, n’est pas devenu l’un des Graals de la collection, à l’instar du Balrog ou du Cave Troll. Pourtant, cette créature est indissociable des aventures de la Moria, mais son côté « mollusque » aura sans doute rebuté plus d’un collectionneur. Car, admettons-le, ce monstre ne jouit pas du même pouvoir de fascination que le Balrog, ni du design épuré et passe-partout du Cave Troll.

A l’époque, j’avais commandé cette statue chez Toy Palace pour 300 euros, une somme qui peut sembler aujourd’hui dérisoire compte tenu de sa cote,. Mon souvenir est flou, mais je me vois encore galérer pour insérer correctement les tentacules dans les trous prévus à cet effet… (Je demanderais à ceux qui sourient devant cette métaphore involontaire de sortir, la porte est là !) Une fois la statue montée, c’est vraiment l’extase…

L’effet de mouvement est réellement convaincant. Les membres se tortillent au-dessus d’une gueule béante et garnie de crocs, afin de recréer la scène où le monstre s’expulse des flots pour se mesurer à la Communauté de l’Anneau. J’affectionne tout particulièrement le détail anatomique des branchies latérales, ouvertes au maximum. Cela donne une certaine ampleur à la chose issue des profondeurs marécageuses qui s’étendent devant la Moria. On remarquera très vite, au milieu de cet amas de tentacules et de chair molle, deux yeux bleus, froids comme la glace, dénué d’émotions.

Autre élément fort bien maîtrisé : l’effet de jaillissement qu’offre la statue. En effet, on imagine le reste du corps disparaissant sous l’eau, et donc sous le plan horizontal constitué par le socle. Cette impression de « continuité » au-delà de la statue est tellement rare qu’elle méritait d’être évoquée. C’est pour moi une magnifique façon de « tricher » avec le design général du monstre. A ce propos, le rendu de l’eau reste tout à fait honorable, surtout grâce aux coloris appliqués et au verni qui renforce le réalisme.

Le paint job est un point délicat. Sans être parfait, il n’en reste pas moins fort sympathique. Le vert sombre prédomine sur la peau, qui contient également d’étranges nuances sous forme de « dessins » plus sombres. A cela s’ajoute une bonne couche de verni brillant… L’effet est saisissant ! On jurerait que de l’eau ruisselle sur cette peau de mollusque elle-même légèrement translucide. Quant au ventre de la chose, elle est d’un beige clair tirant sur le rose, ce qui tranche bien entendu avec le reste. On s’imagine aisément le Watcher tapi dans la vase de son étang, se camouflant parmi les algues et les feuilles mortes…

J’en viens maintenant à la critique la plus significative : dans un souci de protection lors des envois, les artisans de ont eu la riche idée de rendre trois des membres parfaitement amovibles. Munis de tiges en métal, on peut glisser les tentacules dans le corps du monstre. Ce qui au départ était destiné à éviter la casse se retrouve être justement le point faible de cette statue : les jointures sont quelque peu voyantes et, même si c’est pas non plus flagrant lors d’une observation générale, cela devient nettement moins beau avec une auscultation dans les règles. C’est du moins mon avis.

Au final, ce Guetteur reste l’un de mes coups de cœur lors de la grande période , à l’époque de LOTR, lorsque la magie opérait à chaque ouverture de cartons. C’est une fabuleuse addition pour tous les « complétistes » mais aussi pour tous ceux qui vénèrent le bestiaire présent dans la fresque.

Honnêtement, je pense que l’étrangeté du monstre, son aspect et le rendu étonnant de la statue explique le désintérêt relativement marqué de la gente collectionneuse.

A quelque part, je m’en contrefiche, puisque tout dans cette pièce convient au collectionneur que je suis !

– Sarlacc

Commentaires ou questions? Ca se passe sur nos forums!