Don’t be Afraid of the Dark

Statue : Collectibles

Don’t be Afraid of the Dark est un film démesurément sympathique. Alors que les remakes en tous genres, adaptations de comics et autres torture-porns envahissent nos écrans, il est délicat, commercialement parlant, de s’aventurer sur le terrain de l’originalité. C’est pourtant le cas de ce métrage, estampillé par un Del Toro décidemment enclin à faire vivre le genre sous son ombre tutélaire.

Le scénario reste relativement simple, mais le traitement et surtout le soin apporté à la réalisation font de cette œuvre une petite pépite que je conseille ardemment de découvrir.

L’une des raisons principales de ce succès repose sans aucun doute sur l’originalité des créatures, ces fées des dents, originalité qui se traduit par leur design mais aussi par leur attitude à l’écran.

Lorsque a annoncé la sortie d’une statue de ces jolies petites bêtes, je me suis directement dit que ça pouvait m’intéresser, moi qui suis friand de ce genre de proders « originaux » (entendez par là des proders qui ne se trouveront pas dans toutes les collections). Après quelques hésitations, je passe commande…

Le prix de la statue est correct, ce qui reste un avantage à souligner. La taille est relative au prix ; nous avons affaire à une pièce grandeur nature, puisque les monstres du film ne sont pas plus grands qu’une main ouverte. Avec les cubes de bois et un socle circulaire, la statue avoisine une quinzaine de centimètre en hauteur et une trentaine en largeur. Par conséquent, on peut facilement la caser dans une Detolf de chez Ikea, ou dans une Besta aux côtés d’une Premium Format (pour donner un exemple.)

La sculpture est très fine, surtout en ce qui concerne le socle, qui simule à la perfection le plancher en bois d’une vieille bâtisse. Les cubes de jeu portent des lettres gravées sur leurs faces. Là aussi, le résultat est carrément époustouflant pour du tirage usiné : le verni coloré se craquelle par endroit, le bois semble élimé par l’âge et l’utilisation, les arêtes quelque peu érodées… Le décor est donc en place pour accueillir les espiègles créatures.

Et là aussi, le constat est positif. Les courbes du corps, la musculature ou les rides confirment que le sculpteur connaît son affaire. J’aime tout particulièrement ce sillon, tracé dans la chair, qui parcoure le ventre des petits monstres, un peu comme si leur formation n’était pas encore arrivée à son terme : elle me rappelle en effet certains structures embryonnaires de vertébrés. Les photos tendent à le prouver, mais le squelette de ces choses n’ont rien à voir avec ce que l’on connaît : des omoplates démesurés, une cage thoracique ample, des membres d’une maigreur cadavérique ou encore des orteils qui se chevauchent comme ceux d’une grand-mère, serrés toute leur vie dans des chaussures trop petites. L’apparence des créatures est donc bien plus recherchée qu’il n’y paraît de prime abord. On sent bien la patte de Del Toro pour le coup.

Quant au faciès même, les artistes ont eu la riche idée de conférer des expressions différentes aux deux monstres présents sur la statue. C’est une manière appréciable de caractériser chaque individu de cette scénette. Pour ce qui est du paint job des bestioles, il est bon mais ne se hisse pas au même niveau que celui du socle ou des cubes. La peau manque un peu de nuances, des nuances que l’on retrouve d’ailleurs sur les deux visages. Les yeux auraient mérité un peu plus de détails, de manière à y instiller du réalisme supplémentaire – il s’agit d’un life size, diantre ! – mais cela reste très bien fait pour du tirage .

A noter que la statue est livrée en trois éléments : le socle agrémenté des cubes et les deux monstres qui, précisons-le, sont coulés dans une matière proche du plastique. Cela permet d’une part d’éviter la casse – les bras sont très fragiles – et d’une autre part de placer les personnages sur leur support et leur faisant subir quelques minimes torsions.

Je suis donc amplement satisfait de cette pièce, autant pour sa qualité de conception que pour son originalité. C’est ça, le que j’aime ! Et j’espère voir ce genre de surprises se multiplier dans un futur proche !

– Sarlacc

Commentaires ou questions? Ca se passe sur nos forums!