Aliens


Dioramas en résine – Collectibles

Il est vrai que les proders dédiés à la quadrilogie Alien sont légions. Je dirais même que nous sommes arrivés à une certaine saturation. Dans tout ce foisonnement prodérique, il est des fois difficile de faire le choix (et de faire le bon choix)… 

Lorsque a annoncé la sortie des dioramas Alien, je me suis imaginé de toutes petites choses ridicules, dénuées de détails. Mais en regardant de plus près les photos de production, j’ai changé d’opinion. Et une idée m’est venue : ce serait un moyen d’obtenir pour une fois les 4 Aliens (qui sont tous caractérisés différemment), ceci pour une somme relativement « normale » et avec une certaine homogénéité. De plus, et c’est encore une avantage, ce sont des dioramas, ce qui veut dire que les monstres sont mis en situation ! 

Passons maintenant en revue les quatre modèles sortis à ce jour. 

Alien 1 

Le plus beau spécimen des films selon moi, et ceci grâce à la transparence de son crâne qui laisse entrevoir les traits d’un squelette… humain. Et la pose choisie est juste démentielle, révélant toute l’animalité de la créature, mais aussi toute sa grâce. Son corps se mélangeant aux chaînes et à la tuyauterie représente à merveille les différentes apparitions du monstre dans le Nostromo. Et surtout cela représente parfaitement le concept de départ de notre bon vieux HR Giger, qui voyait en l’Alien une parfaite communion entre le mécanique et l’organique.

Enfin, avec sa queue pointée vers l’avant et passant entre les jambes, on ne peut oublier une connotation sexuelle certaine.

La sculpture est irréprochable, tout comme le paint job. Les chaînes sont de vraies chaînes, ce qui accentue fortement le côté réaliste. Elles pendent et libre à chacun de les disposer selon son propre goût.  
 
Aliens 2 

L’Alien change quelque peu de forme, surtout au niveau du crâne, qui rappelle quelque structure insectoïde, On sait que Cameron a volontairement délaissé le design du crâne du premier film pour éviter la casse durant le tournage, tournage sans doute un peu plus tourné vers l’action que celui du premier opus. Là encore, on retrouve une pause bestiale – au sens propre – de l’Alien. Tassé sur lui-même, le monstre semble prêt à sauter sur un Marines imprudent. On retrouve également dans ce diorama une touche mécanique, sous la forme d’une structure métallique, ou une machine, sur laquelle l’Alien trône noblement. Il intéressant de noter que certaines parties de ladite machine semblent avoir fondu, ou plutôt qu’elles aient subi l’agression organique perçues dans les films. Une espèce de tapis de chaire difficilement identifiable envahit petit à petit le socle ! La Reine n’est pas loin !

On s’étonnera ici de la foultitude de détails qui parsèment le corps du monstre et qui confirment la qualité irréprochable du sculpt. Enfin l’ensemble possède une silhouette filiforme (tout en hauteur) avec le reste des dioramas, mais est-ce vraiment un point négatif ? Selon moi non ! 

Alien 3 

Cette fois, l’Alien est représenté en train de descendre un mur métallique. Plus que jamais, on retrouve la bestialité de la créature : on se souviendra en effet d’où vient l’Alien dans cet opus, et cela lui confère sans doute quelques aptitudes à se balader contre les parois avec autant de grâce. Là encore, on retrouve un crâne transparent, mais qui ne comporte aucune « tête de mort » en-dessous. Là encore, les détails sont légions, et je pense que les sculpteurs se sont documentés comme des fous avant de travailler. Autre élément que j’affectionne tout particulièrement est le rendu de cette sorte de mur métallique. On retrouve du turquoise et du brun. Impossible de déterminer le matériau utilisé mais cela permet de faire marcher son imagination ; c’est un subtil mélange de neuf et d’ancien que je qualifierai de technologie archéologique (je me comprends…).

Enfin, toute la surface du corps du monstre est bien mise en évidence, ce qui nous laisse tout le loisir de l’observer sous toutes ses coutures. 

Alien 4 

Les sculpteurs ont directement repris la scène mythique du film de Jeunet, à savoir celle qui se passe sous l’eau. L’Alien sur ce dio est en position « nage », et cela donne une silhouette très gracieuse, ou la fluidité du mouvement règne (une qualité qui m’a toujours fasciné dans une statue, qui n’est qu’un objet figé…). La queue est placée de telle sorte à se que l’on ne se méprenne pas : le monstre évolue dans un environnement liquide ! D’ailleurs, si on regarde attentivement le socle – qui fait également office de « fond » –, on remarquera une teinte verdâtre sur les tubes métalliques ; sans doute des algues…

Autre chose qu’il faut mentionner : la créature est recouverte d’un verni qui, à l’instar des 4 autres dios, donne l’effet de viscosité, ou d’humidité, observé dans les films. Ici, c’est sans doute l’aspect « mouillé » qui était recherché…

Là également, le crâne est transparent.  

En définitive, posséder les 4 dioramas d’Alien permet vraiment d’obtenir une petite série plus ou moins abordable sur le plan financier, de grande qualité, et avec une homogénéité qui fait souvent défaut dans bon nombre de série à collectionner. Rajoutez à cela le fait que les titres soient notés sur les socles de manière très classe, et vous obtenez l’une des plus belles façons, sur le plan proders, d’embrasser la mythique tétralogie spatiale. 

Pour moi, il n’y a pas de doute, ce sont des musts !

Commentaires ou questions ? Direction les forums