The Fly I


 Statue en résine – Collectibles

La Mouche fait partie de ce « panthéon » qui a fait de moi l’homme que je suis. Il s’agit tout bonnement d’un œuvre si extrême, si violente et belle qu’elle m’a impressionné dès mon plus jeune âge, lors de sa première vision. Je devais avoir une dizaine d’années à mon avis… Pas beaucoup plus. Bien évidemment, certaines scènes m’ont choqué : le célèbre repas de Brundle (le petit cake…), « l’expo » de Brundle, l’élagage de Stathis (la main et le pied…miam), la transformation finale de Brundle, la mort du babouin… autant de passages, à mon avis instantanément cultes, tant en ce qui concerne leur violence graphique que la beauté et la justification de cette dernière. Jamais un film n’aura surpassé cette ambiance glauque, faite de sang et de chaire transformée…

Il fallait un magicien pour avorter d’une telle créature. Chris Walas (Deep Star Six, Gremlins, la Mouche 2, Enemy Mine, House 2… tous des fleurons des 80’s) est cet homme. Au fil de la transformation de Seth Brundle, on assiste à une perte d’identité au profit d’une bestialité agressive et dégénérée, malgré toute la volonté du héros pour juguler l’inéluctable. Sans ce virtuose du maquillage, le spectateur n’aurait jamais pu croire à ça… Walas a su donner à son monstre une part d’humanité intimement lié une part de monstruosité abjecte, même dans sa phase terminale… Et quelle phase terminale !

Ce film fait partie de mon enfance, lorsque je construisais ma culture cinématographique. Difficile de dire si je suis bel et bien objectif en affirmant qu’il s’agit, dans sa phase finale, de l’une des plus belles créatures jamais montrée sur un écran. Après tout, je m’en fous et je l’assume pleinement.

Lorsque a annoncé la sortie de la créature sous forme de maquette, j’ai sauté au plafond… En fait, c’est mon pote Pizza qui m’a prévenu par SMS, alors que j’étais au resto avec ma chérie. Je me suis enfuis peu après le repas pour enregistrer ma précommande…

Quelques mois après, me voici avec la bête sous les yeux.

La sculpture fait totalement honneur à Walas. Chaque détail est présent. La peau se disloque jusqu’à vouloir se détacher par endroit. Les gerçures immondes d’où un liquide verdâtre suinte renforcent l’impression de transformation. Les fabricants ont eu la riche idée de coller ci et là des poils durs, chitineux dans l’apparence, qui rappellent ceux d’un insecte. Les pièces buccales comportent également des poils, d’une teinte plutôt brune ou beige. On retiendra également l’appendice à la fonction douteuse qui surmonte le dos de Seth, et les yeux lisses, froids, et insectoïdes qui garnissent ce visage boursouflé, parcourus de grosseurs et autre amas de chaire. En bref, du côté de la sculpture, c’est juste parfait.

Le paint job me faisait souci. J’ai encore en mémoire le plus ou moins mauvais souvenir du Sammael de Hellboy, dont la peinture n’est vraiment pas au rendez-vous (dommage car la sculpture est terrible !). Mais là, mes craintes se sont vite estompées. La chaire du monstre comporte une multitude de teintes différentes. Avec des reflets beiges plus clairs ci et là, des taches verdâtres ou noires… Tout cela renforce cette idée d’amas de chaire en pleine reconstruction.

Le socle est peut-être le point noir de cette statue. Très sobre, mais peut-être trop grand par rapport à la taille de la créature. En effet, posée sur un meuble, elle prend une place considérable avec ces quelques 35cm de diamètre. Le choix du titre en guise d’étiquette est une bonne idée. Toutefois, on déplorera sur certains modèles une légère inclinaison du titre, ce qui émiette un peu le côté « soigné » de l’ensemble. La tranche du socle en escalier rappelle bien évidemment la structure du télépode présent dans le film…

En définitive, il s’agit là d’un must ultime pour les fans du film. A ma connaissance, mis à part la superbe figurine de McFarlane, rien n’est sorti en proders sur ce chef-d’œuvre. Voilà chose faite !
J’attends avec grande impatience la statue de Martin Fly, tirée du deuxième volet. Je ne manquerai pas de vous pondre une review !

Commentaires ou questions ? Ca se passe sur les forums!