Thror

| Statue – |

Le roi Thror est un personnage central dans l’intrigue qui se joue dans le Hobbit. C’est lui qui découvre l’Arkenstone, et c’est sous son règne de folie qu’Erebor endure l’attaque de Smaug.

L’Arkenstone et Erebor constituent un double objectif pour la compagnie de Bilbo. En recouvrant l’un et l’autre, Thorin s’assure le trône ainsi que le ralliement des différentes familles naines. C’est donc bel et bien un élément central à l’histoire qui est cristallisé dans cette magnifique statue…

On pourrait reprocher à de s’attarder sur des personnages secondaires (Thror n’apparaît qu’une poignée de minutes à l’écran) mais, en partant du constat exposé plus haut, c’est finalement tout-à-fait légitime.

La taille impressionne dès l’ouverture du carton. Habitué aux différents nains de la collection, on a bien de la peine à imaginer la hauteur réelle de la statue avant de l’avoir devant les yeux. Et force est d’admettre qu’elle en impose ! Le poids est tel qu’on ne peut qu’éprouver une immense satisfaction. ne se moque pas nous et on le sent ! Même si la partie arrière est « vide » (la raison sera expliquée plus loin), la statue cumule plusieurs kilos de résine, pour notre plus grand bonheur.

Venons-en au nain et son sculpt. On ne le dira jamais assez, mais un progrès conséquent a été effectué par au niveau des ressemblances. On reconnaît sans peine le visage de ce roi, dont les traits exsudent une tristesse et une nostalgie certaines, avec ce petit brin de folie qu’on remarque dans le film. La pose renvoie une nonchalance sans équivoque : légèrement avachi sur son trône, on imagine Thror accueillir des visiteurs qu’il s’apprête à dénigrer, perdu qu’il est dans ses pensées… C’est du moins le sentiment qui me vient à l’esprit lorsque j’observe cette statue. A côté de ça, les détails sont légions. La barbe conséquente du nain jouit d’une finesse incroyable, bardée qu’elle est de bibelots décoratifs. La tunique matérialise toutes les richesses du monarque, avec un déluge de fioritures du plus bel effet. On notera également la présence des bagues aux doigts de Thror, des gemmes d’une valeur inestimable.

Mais le sculpt ne concerne pas seulement le personnage. Car c’est bel et bien le trône royal qui est présent sur cette statue. L’aspect de la pierre est assuré par des surfaces rugueuses. Grâce au fabuleux paint job, l’illusion est parfaite. On jurerait qu’il s’agit de marbre ! Pour parfaire le travail, quelques traînées de couleur simulent même les veines de la roche. De plus, chaque décoration est présente, que ce soit sur les marches d’escaliers, sur les accoudoirs ou au-dessus de la tête du nain.

Et qu’en est-il de l’Arkenstone ? ne s’est pas aventuré à doter sa statue d’un light-up, ce qui est plutôt dommage. D’un autre côté, on pourra apprécier l’absence de gadget de ce genre qui, une fois dysfonctionnel, dévalue grandement la pièce. Le système est toutefois ingénieux et permet de placer une source lumineuse derrière la statue. Le joyau transparent diffuse ainsi la lumière qui le traverse, pour un résultat plus que sympathique. La statue étant évidée, on peut facilement déposer une led juste à l’arrière de l’Arkenstone, où une petite plateforme semble avoir été mise au point dans cette optique-là.

C’est une pure merveille que nous offre , une fois encore. Tout cela nous rappelle qu’un produit usiné peut encore se révéler magnifique. Par les temps qui courent, se rattacher aux certitudes de ce genre est une sacrée bonne chose.

– Sarlacc