Groot

| STATUE – FAN MADE PAR MAXIME ROUDAUT |

Une scène finale unique en son genre, pétrie de poésie, de sensibilité et d’humour. Groot, qu’on croyait disparu, s’ébat dans son pot sur la musique des Jackson Five, au grand dam d’un Drax occupé à aiguiser sa lame.

Ces quelques images suffisent à résumer un film hybride, qui réussit le pari incroyable de mêler grand spectacle et émotion pure, tout ça sur une toile de fond profondément comique et décalée. Là où la plupart des autres films Marvel nous servent des personnages à la façade impeccable mais sans profondeur, Les Gardiens de la Galaxie nous charme avec des héros hors normes, attachants. Etrangement, la plupart ne sont pas des humains, mais ils diffusent plus d’humanité que tous les faiseurs de paix oeuvrant sur Terre (Je parle bien entendu de Captain America et de ses comparses…)

Avec son sacrifice final, Groot complète d’ailleurs l’éventail émotionnel distillé tout au long du film. On le croyait mort, mais c’était sans compter le pouvoir de régénération des plantes. Grâce à la sagacité de Rocket, notre héros ligneux sera tout simplement « rempoté » à partir d’un débris de bois.

Max réussit une fois de plus à capter l’essence même d’un personnage, en lui conférant, dans le cas présent, une espièglerie d’enfant, une malice « so cute » tellement bienvenue. Groot est vivant. On l’imagine simplement dans une position figée, un peu à l’instar de sa scène de gloire ou le personnage tente d’échapper à l’attention de Drax, peu enclin à la plaisanterie. On pourrait même se figurer le personnage entamer sa danse endiablée une fois le dos tourné.

C’est bien une vision d’artiste qui nous est proposée ici, avec quelques détails qui sortent directement de l’imagination du sculpteur. A ce propos, j’ai suivi la même logique en rajoutant de la mousse sur le crâne et le socle. Je voulais obtenir un Groot beau visuellement, sans tomber dans la copie conforme. Je possède donc dorénavant une version évoluée du personnage, peut-être l’étape suivante dans son lent développement. Afin d’illustrer ces quelques lignes, je vous laisse appécier les deux séries de clichés ci-dessous. La première correspond au Groot livré par Max, et le seconde ma version personnelle après des ajouts de mon crû.

Max a donc sculpté le personnage en entier ainsi qu’une partie du socle circulaire. De ce fait, la statue en elle-même est à déposer directement dans le pot. On complète ensuite la mise en scène par l’ajout de petits cailloux que l’artiste a lui-même sélectionner. Max livre un sculpt formidable, fin et soigné. Les petites rainures du bois, ses veines, ses boursoufflures, ses racines… Tout est fait pour qu’on ressente l’aspect ligneux de Groot.

Mais le merveilleux travail de l’artiste ne se limite pas à ça. Le paint n’est pas en reste et je crois savoir que Max a pas mal bataillé pour trouver des teintes convenables. Ainsi, les différentes nuances de brun permettent de renforcer le réalisme. Les yeux respirent la vie ! Ils regardent d’ailleurs vers le côté, un peu comme le ferait un enfant content et fier de sa bêtise.

Quant à la pose, c’est bien celle d’un personnage en pleine exécution de danse, avec des bras gracieux qui marquent le tempo au gré de leurs mouvements. Les doigts se terminent par une couleur verte, un peu comme si la sève s’était accumulée à cet endroit, ou comme si des feuilles s’apprêtaient à y bourgeonner.

Max livre encore un petit chef-d’œuvre, sous la forme d’une statue magnifique et peu « onéreuse », surtout si on la compare avec la sortie d’ Collectibles. De plus, et rares sont les pièces du genre, elle suffit à représenter tout l’univers des Gardiens de la Galaxie dans la collection d’un fan.

Chapeau bas !

– Sarlacc

VERSION MODIFIÉE