C-3PO and R2-D2

| PREMIUM FORMAT – SIDESHOW COLLECTIBLES |

Le duo le plus mythique de Star Wars a été édité par Collectibles dans sa gamme Premium Format. Deux versions ont été produites à ce jour (et une troisième est en précommande en ce moment). La première, la version exclusive, présente les deux robots avec des socles séparés mimant le sol de l’Etoile Noire. Ici, les droïds sont décrassés et rutilants. Dans la deuxième version, dite « normale », R2-D2 et C-3PO sont disposés sur un même socle circulaire aux couleurs de Tatooine. Les personnages sont sales, leurs pistons et autres processeurs tartinés de sable, de poussière et de saleté.

Roachkillman nous avait déjà offert une review de ces Premium Format il y a quelques temps, consultable ici. L’ayant moi aussi reçue (il s’agissait de l’un de mes Graals), j’ai décidé de donner également mon ressenti face à cette fabuleuse statue.

On le dit parfois, mais certaines pièces se suffisent à elles même pour représenter dignement un film dans une collection. En effet, quoi de plus emblématique que ce duo de droids en ce qui concerne Star Wars ?

La sculpture est tout simplement parfaite. Les détails sont légion, les formes respectées… Lorsqu’une statue présente autant de surfaces lisses, la moindre imperfection est visible et altère le rendu final. À ce propos, on garde en mémoire les sinistres images de certaines statues d’Iron Man, avec ses défauts de peinture. Ici, rien de tout ça !

Pour ce qui est de la matière, C-3PO est en résine et pèse son poids. Par contre, pour une raison relativement obscure, R2-D2 est en plastique. Cela n’enlève rien à la beauté de l’objet – une fois mis en place, on ne se rend compte de rien par rapport à son acolyte doré – mais on est en droit de rechigner un peu, compte tenu du prix de la statue. Cela me rappelle le débat pour la première Premium Format de Boba Fett.

Le paint job est maîtrisé, mélangeant savamment la finesse des détails au caractère plus grossier des salissures. Des coulures d’huile rampent sur le plastron de C-3PO, et de la poussière macule les circuits externes du petit robot. La peinture métallique dorée est magnifique et correspond bien à l’idée qu’on se fait du personnage. À ce propos, il n’y a aucun défaut à déplorer concernant une couche qui s’écaillerait.

Les light-up présents dans les yeux de C-3PO et le corps de R2-D2 donnent du relief à l’ensemble, mais on est peut regretter l’interrupteur à l’intérieur du casque du droïd doré. Il faut enlever le « masque », appuyer sur le bouton, refermer la tête… Autant de manipulations deviennent très vite fastidieuses, surtout pour les collectionneurs exposant leurs pièces en vitrine. On aurait préféré un interrupteur sur le socle, ou avec une prise à brancher sur le réseau.

Le dôme de R2-D2 pivote à droite et à gauche. Les bras de C-3PO sont amovibles et on peut les orienter à sa guise. Attention toutefois aux pistons disposés à cet endroit. Ils sont fragiles !

On est donc en présence d’une statue diablement évocatrice qui saura ravir tous les fans du format ¼. Malgré quelques petits défauts, ce duo a tout pour plaire. En toute objectivité, il serait difficile d’obtenir quelque chose de mieux fait à cette échelle et en production de masse.

Foncez !

– Sarlacc